Mathieu Quesnel-Vallières

MathieuQV 2016Mathieu Quesnel-Vallières, lauréat 2007 de la Bourse d’excellence Gabriel-Marquis, a obtenu des diplômes de baccalauréat et de maîtrise du Département de microbiologie, infectiologie et immunologie de l’Université de Montréal. Sous la supervision du Dr Hugo Soudeyns au Centre de recherche du CHU Sainte-Justine, Mathieu a d’abord étudié la diversité l’évolution génétique du virus de l’immunodéficience humaine (VIH), l’agent étiologique du sida, et du virus de l’hépatite C (VHC), qui cause une grave maladie du foie. Ces deux dangereux virus peuvent en outre se transmettre de la mère à l’enfant. Mathieu a aussi contribué à la recherche sur la pathogénèse de l’hépatite C en développant un modèle de poisson zébré transgénique. Il a complété ces travaux lors d’un stage de perfectionnement de 3 mois à Taiwan en 2009.

Mathieu a ensuite joint les laboratoires du Dr Benjamin Blencowe et du Dr Sabine Cordes au Département de Génétique Moléculaire de l’Université de Toronto pour y travailler sur l’épissage alternatif de l’ARN. En générant un modèle de souris, Mathieu a pu définir les rôles essentiels joués par l’épissage alternatif durant le développement du système nerveux. Il a récemment démontré un lien de causalité entre la perte de la protéine nSR100, qui joue un rôle-clé dans la régulation de l’épissage alternatif, et les troubles du spectre autistique. Ces dernières recherches représentent une avancée majeure dans la compréhension de l’autisme, puisqu’elles suggèrent que des mutations dans plusieurs gènes distincts causant des troubles du spectre autistique convergent sur un mécanisme moléculaire commun contrôlé par nSR100. Récent lauréat du Prix Jennifer Dorrington, Mathieu va obtenir son diplôme de doctorat cet été. Il explore présentement des offres de stages postdoctoraux en Suisse et aux États-Unis et entend bien entreprendre par la suite une carrière en recherche dans le milieu académique. Mathieu et sa conjointe sont les heureux parents de deux jeunes enfants.

×